-Français -FR Paramètres

Paramètres

Please select your country!

{{group.Text}}

{{"ifind_go-back" | translate}}

{{group.Text}}

La matrice humaine de l'aéronautique

Innovation 2018-10-25 Louise Nordström Audrey Bardou

Metalworking World a rencontré une des équipes des Aerospace Project Offices de Sandvik Coromant en France, Customized Solutions-Aerospace. La mission de cette équipe est d'optimiser les process de fabrication de pièces dans l'aéronautique, quels qu'ils soient.

Dans une salle de conférence d'Orléans La Source, au sud de la cité historique d'Orléans, tous les yeux sont rivés sur un diagramme compliqué projeté au mur. Erik Jansson, le directeur de Customized Solutions Aerospace, parle des tendances globales dans l'aéronautique et cite des noms de moteurs d'avions comme PW1100, LEAP et Trent XWB. Pour le profane, il donne l'impression de parler un langage codé. La concentration dans la salle est palpable.
L'équipe Customized Solutions Aerospace d'Orléans est un groupe très uni de huit techniciens dont le travail compte parmi les plus difficiles : fournir à des clients choisis des solutions techniques complètes sur mesure. Les clients de Sandvik Coromant qui fabriquent des pièces pour le secteur aéronautique peuvent ainsi compter sur une aide pour tous leurs besoins, qu'il s'agisse de choisir des outils de coupe, de déterminer le meilleur process d'usinage à appliquer et la meilleure séquence d'outils, ou encore de mettre au point un programme de fabrication assistée par ordinateur (FAO).
« La force de cette équipe, c'est incontestablement ses connaissances », affirme Antonio Igreja, le chef d'équipe.

L'aide apportée aux clients de Sandvik Coromant est précieuse car elle représente une valeur ajoutée par rapport à une simple offre d'outils ; elle permet de mettre de l'intelligence dans la technique afin de réduire les coûts globaux supportés par les clients, d'améliorer la productivité, ou les deux à la fois.
Cela nous distingue et nous assure une croissance durable des ventes après-marché », indique Igreja. 
Sandvik Coromant a ouvert son premier service Projets Aéronautiques au Royaume-Uni en 2005. Depuis, ce service s'est développé en un réseau avec de nouveaux bureaux aux États-Unis et en France. Tous collaborent étroitement. De plus, des compétences pour l'aéronautique sont aussi disponibles dans d'autres services de Sandvik Coromant, notamment en Inde, en Chine, au Japon et en Russie. Sandvik Coromant dispose de 272 collaborateurs spécifiquement pour les solutions sur mesure dans le monde entier ; 30 d'entre eux se concentrent exclusivement sur l'aéronautique.

L'équipe d'Orléans est répartie sur cinq pays avec trois techniciens et un chef d'équipe en France, et des collaborateurs en Allemagne, en Pologne, en Roumanie et en Turquie. Les contacts entres les membres sont quotidiens grâce au courrier électronique, au téléphone et aux plateformes de communication comme Skype et Microsoft Teams.
« Nous communiquons tous les jours et nous travaillons en étroite collaboration ; nous sommes devenus amis au fil du temps », indique Abdurrahman Özdemir, le collaborateur Turc. Il ajoute que les rôles et responsabilités sont clairement définis au sein de l'équipe.
Özdemir, par exemple, est le « Monsieur solution » du groupe. Bogdan Pastorcici, le collaborateur Roumain, est le spécialiste de la programmation. Il a été embauché il y a six ans à l'âge de vingt-deux ans et était le plus jeune programmeur jamais recruté par Sandvik Coromant. Salim El Kadaoui est une « base de données humaine » et son collègue d'Orléans Tierry Delafoy est le référent en matière de tournage. Matteo Zanarelli est Italien mais il travaille en Allemagne ; c'est vers lui que tout le monde se tourne lorsqu'un projet cale.
« Nous sommes tous complémentaires », affirme Delafoy.

Le Polonais Damian Mosionek et le Français Thibault Courgeon viennent d'intégrer l'équipe.
« Je cherchais un poste qui me donne des défis à relever, et je l'ai trouvé », dit Mosionek. Et ce n'est pas peu dire. Les projets sont tous différents et les difficultés sont très variables. Il n'y a jamais deux journées identiques. Pour un client, il s'agira d'améliorer un process de tournage ; pour un autre, il s'agira d'aider au démarrage d'une production, comme, par exemple, ce fut le cas d'un fabricant asiatique qui avait décidé de se lancer dans la fabrication de pièces de moteurs d'avions mais qui n'avait que peu d'expérience dans ce domaine. « Cette entreprise n'avait pas les machines qu'il fallait et ne savait pas par où commencer pour usiner les pièces », se souvient Igreja. « Nous avons été présents dès les plans initiaux.
« Nous faisons ce qu'il faut pour réaliser le potentiel », conclut-il.

 

 

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur ce site. Plus d'informations sur les cookies.